Le Regard de Claude Samuel

Le Regard de Claude Samuel
L’atrabilaire amoureux, ou Molière sans rire
L’atrabilaire amoureux, ou Molière sans rire

La Comédie-Française – Clément Hervieu-Léger – Que sont les critiques devenus ? – Les Paparazzi à Pompidou – La récréation de Frédéric Mitterrand – Les orchestres de la Radio

  C’est parce qu’ils allaient au théâtre que les metteurs en scène lyriques, voici déjà quelques décennies, ne se sont plus contentés de faire chanter leurs ténors la main sur le cœur ; et c’est surtout parce qu’ils ont invité, non sans aigreur parfois, les Lavelli, les Chéreau et autres Bob Wilson sur leurs terres jusque-là réservées, qu’ils ont, à leurs risques et périls, changé notre œil de spectateur. Aux metteurs en scène qui hésitent…

Lire la suite
Avril 44 - Les enfants d’Izieu, quelques jours avant le départ vers un camp nazi et l’extermination (Maison d'Izieu / Coll. M.-L. Bouvier)
Avril 44 - Les enfants d’Izieu, quelques jours avant le départ vers un camp nazi et l’extermination
(Maison d'Izieu / Coll. M.-L. Bouvier)

L’époux de la violoniste – Les Intermittents – Le Gagaku Yû-sei – La Grande Battle en prime time – Le talent de Jean-François Zygel – La Maison d’Izieu – Sabine Zlatin et Serge Klarsfeld

  La télévision n’est pas mon obsession majeure. Pourtant, lorsque, par très grand hasard, aucun concert, aucune représentation théâtrale, aucun opéra n’est inscrit sur mon agenda, je m’offre, non sans avoir consulté attentivement le programme, une soirée sur petit écran. Ce fut le cas mardi dernier et, pour diverses raisons, je ne l’ai pas regretté. Premier acte — Il est 20 heures, je tombe sur le journal et sur l’éminent époux de la violoniste dont…

Lire la suite
Francis Poulenc en sa belle jeunesse
Francis Poulenc en sa belle jeunesse

De l’initiation à la musicologie – François-Régis Bastide Francis Poulenc – Un Livre d’or – Anne Gravoin et John Cage – Paris 1900 – Mucha et Mary Garden

  Le Prix des Muses, aujourd’hui « Prix des Muses/Singer-Polignac », qui distingue chaque année les meilleurs livres consacrés à la musique (dite « classique ») et dont le palmarès de la vingtième édition vient d’être proclamé, témoigne de la vitalité de l’édition française en ce domaine: de l’initiation de base à la musicologie la plus pointue, nos chercheurs disposent d’un large éventail. Encore faut-il que les lecteurs soient au rendez-vous, que les grandes surfaces ne relèguent pas les…

Lire la suite
Karlheinz Stockhausen aux manettes – Festival de Royan 
(Ph. Michel Lavoix)
Karlheinz Stockhausen aux manettes – Festival de Royan
(Ph. Michel Lavoix)

Musiques d’Outre-Rhin – des Zeitmasse à l’Opéra des sept jours – Peter Eötvös et Michel Tabachnik – La voirie parisienne – Les vainqueurs d’Orléans – Mort d’un centenaire

  Bonne idée d’associer Richard Wagner (1813-1883) et Karlheinz Stockhausen (1928-2007) pour une série de concerts donnés cette semaine à la Cité de la musique. L’un et l’autre représentent deux moments majeurs de la musique d’Outre-Rhin ; l’un et l’autre étaient persuadés de leur génie, et furent rudement contestés ; l’un et l’autre avaient le sens de la démesure ; l’un et l’autre portaient un message mystico-philosophico-spirituel ; l’un et l’autre se sont emparés d’un héritage, l’ont…

Lire la suite
Désiré-Emile Inghelbrecht, chef  d’un soir – mais quel soir ! – 
de l’O.N.F.
Désiré-Emile Inghelbrecht, chef d’un soir – mais quel soir ! –
de l’O.N.F.

Célébrations – Le ministre des PTT – Toscanini, Furtwaengler, Munch, etc. – L’irrésistible Riccardo Muti Une rencontre avec Richter

  Nous voguons de célébrations en commémorations, centenaires, bi- et tricentenaires à la clé, à tel point que l’Etat a chargé depuis de longues années le Ministère de la Culture de mettre de l’ordre dans la boutique mémorielle. Et je dois dire que la « Délégation aux commémorations nationales » ne manque pas de travail dans notre monde du souvenir. Est-ce le signe d’une société reconnaissante ou d’une civilisation passéiste ? Question iconoclaste à laquelle les politiques, qui…

Lire la suite
Gérard Mortier ou les aléas du métier...
Gérard Mortier ou les aléas du métier...

Un patron à Paris – Saint François à Madrid – Nicolas Joel et Stéphane Lissner – Une Flûte à Bastille – Maxime Pascal, direction Salzbourg

  Que l’opéra soit le lieu de toutes les passions, de toutes les colères, de tous les conflits, des folles ambitions et des frustrations, de Milan à Paris, de Bayreuth à New York, est une évidence, et cela dure depuis plusieurs siècles. C’est un sujet sur lequel Gérard Mortier aurait pu longuement disserter — Gérard Mortier qui est décédé samedi dernier dans sa résidence bruxelloise à l’âge de soixante-dix ans. Gérard Mortier fut le patron…

Lire la suite