Le Regard de Claude Samuel

Le Regard de Claude Samuel
Pierre Boulez, en sa jeunesse tumultueuse 
© Anny Breer Internationales Musikinstitut
Pierre Boulez, en sa jeunesse tumultueuse
© Anny Breer Internationales Musikinstitut

À Pierre – André Breton – Le « halaphone » – Matthias Pintscher – Béjart Ballet Lausanne – Le retour d’Hérold - La méchanceté de Berlioz

  Pierre Boulez en deuxième semaine et, tandis que les bouléziens et, d’une façon générale, les mélomanes avertis se précipitent à l’exposition du Musée de la Musique (vous avez encore trois mois pour la visite qui, comme je l’ai indiqué vendredi dernier, se déguste pièce par pièce dans le plaisir), la célébration du quatre-vingt-dixième anniversaire de l’auteur du Marteau sans maître se poursuit. Son apogée, une soirée intitulée À Pierre, surtitrée « Le grand soir », qui…

Lire la suite
Cette photo de Pierre Boulez, je l’ai prise en 1967, au cours 
d’un passage à Baden-Baden. La veille, au volant de sa
voiture, Boulez avait failli nous précipiter dans un fossé !
Cette photo de Pierre Boulez, je l’ai prise en 1967, au cours
d’un passage à Baden-Baden. La veille, au volant de sa
voiture, Boulez avait failli nous précipiter dans un fossé !

Boulez, à la veille de ses 90 ans – Festivités et exposition – Les combats d’une vie – André Malraux – Polémique chez Bernard Pivot – La Tétralogie du Centenaire – L’Affaire Dutilleux

  C’est le jeudi 26 mars que Pierre Boulez soufflera ses quatre-vingt-dix bougies, mais il les soufflera solitairement dans sa résidence de Baden-Baden où il est cloué pour raison de santé. Malgré son désir (ainsi qu’il me l’a téléphoniquement confirmé en janvier), il n’assistera pas cette semaine aux festivités qui lui sont consacrées à la Philharmonie, il ne visitera pas la magnifique exposition qui lui est consacrée, installée au Musée de la Cité de la…

Lire la suite
Jean Sibelius – Pourquoi ce long silence ?
Jean Sibelius – Pourquoi ce long silence ?

Sibelius – Le jugement de Leibowitz – Schoenberg, Ives, Scriabine et les autres – La Valse triste – Xenakis, père et fille – Le Corbusier et Olivier Messiaen – Royan et les contestataires

  René Leibowitz, fidèle dodécaphoniste schoenbergien, disait de Sibelius qu’il était « le plus mauvais compositeur du monde », ce qui est naturellement très excessif car, dans la catégorie des mauvais  compositeurs, il y a foule, et il est inutile de s’y attarder. Si je cite ce jugement ridicule de René Leibowitz, auquel, il faut le reconnaître, nous devons l’un des premiers livres publiés en France sur l’école de Schoenberg — livre de quelque trois cents pages…

Lire la suite
32 Sonates au programme de Jean-Bernard Pommier 
(Ph. J.C. Martinez)
32 Sonates au programme de Jean-Bernard Pommier
(Ph. J.C. Martinez)

Les 32 Sonates de Beethoven – Les choix de Jean-Bernard Pommier – L’auditeur à rude épreuve – 8 CD pour dire l’histoire de l’Orchestre National

  La France ne manque pas de pianistes, d’excellents pianistes ; est-ce par excès de discrétion que leur présence sur les scènes de l’Hexagone est si sporadique ? Est-ce parce que les grands bureaux de concerts ont déserté Paris au bénéfice de Londres, de Berlin, de New York ? Ou parce qu’on ne résiste pas à la vague chinoise ? Bref, c’est le genre de question que l’on ne peut éviter lorsque surgit un événement ; oui, un grand…

Lire la suite
Philippe Boesmans : « Si j’ai voulu devenir musicien, c’était pour être comme Wagner » qui, lui, écrivait les textes de ses opéras… (© Isabelle Françaix)
Philippe Boesmans : « Si j’ai voulu devenir musicien, c’était pour être comme Wagner » qui, lui, écrivait les textes de ses opéras… (© Isabelle Françaix)

L’opéra de Philippe Boesmans – Schnitzler, Strindberg, Gombrowicz, Shakespeare – Feydeau ? – Le théâtre de Joël Pommerat – Mathieu Gallet – Le Philar et le National

  Au Monde, bizarre, ce titre pour un opéra, et bizarre cet opéra du compositeur belge Philippe Boesmans, créé en mars 2014 à La Monnaie de Bruxelles et représenté actuellement à l’Opéra-Comique. Première singularité : après s’être confronté avec un évident succès aux mots d’Arthur Schnitzler, d’August Strindberg, de Witold Gombrowicz, et même de Shakespeare, voici Philippe Boesmans aux prises avec le théâtre de Joël Pommerat qui, c’est le moins qu’on puisse dire, est passablement…

Lire la suite
Gustav Mahler d'après une eau-forte (1902) d'Emil Orlik
Gustav Mahler d'après une eau-forte (1902) d'Emil Orlik

Les Berliner à Paris – Mahler dans le gigantisme – Les « brutalités musicales » – Le choix de Simon Rattle – Deux nouveaux lieux parisiens en période de disette

  Vingt-cinq ans après la mort de Karajan, son « chef à vie », et après douze années de compagnonnage avec le chef britannique Simon Rattle, l’Orchestre Philharmonique de Berlin est-il toujours le meilleur orchestre du monde ? Impossible de répondre à la question, les performances musicales ne disposant pas de ces instruments de mesure propres aux compétitions sportives, mais le concert que viennent de donner les Berliner à la Philharmonie (de Paris — oui, ce lieu…

Lire la suite