L'oeil et l'oreille

L'oeil et l'oreille
Adam Laloum et le Quatuor Strada sur la scène de l'Ancien Conservatoire de Paris, hier soir 14 avril 2015
Adam Laloum et le Quatuor Strada sur la scène de l'Ancien Conservatoire de Paris, hier soir 14 avril 2015

Les Pianissimes 2015 : Adam Laloum et le Quatuor Strada à l’Ancien Conservatoire

  Qu’elle est belle, la salle de l’Ancien Conservatoire ! Et qu’est-ce qu’elle n’a pas entendu, depuis Berlioz y découvrant Beethoven ! J’y suis allé pour la première fois à l’automne 1950, mon premier vrai concert, librement choisi. C’était l’année Bach et Kempff donnait Bach et Beethoven. Quelques jours plus tard c’est Menuhin que j’ai eu, avec son beau frère Kentner au piano, Bach seulement. Celui-ci à Pleyel (qui par la suite sera régulièrement, on pourra dire…

Lire la suite
De g. à dr. : Sonia Ganassi (Chimène), Roberto Alagna (Rodrigue), Nicolas Cavallier (le Roi). "Le Cid" de Massenet (© Agathe Poupeney / Opéra National de Paris)
De g. à dr. : Sonia Ganassi (Chimène), Roberto Alagna (Rodrigue), Nicolas Cavallier (le Roi). "Le Cid" de Massenet (© Agathe Poupeney / Opéra National de Paris)

Le Cid de Massenet à l’Opéra Garnier

  Opéra princier, fait pour être chanté par des princes et devant des princes. Si Faust était le succès français mondial populaire, Le Cid fut à la fin du XIXe siècle, de façon aussi mondiale,  l’opéra français aristocratique par excellence. Corneille n’y est pas pour peu : un classique de prestige, dont l’auditeur retrouvait plus d’un vers inscrit dans sa mémoire, déformé il est vrai par les nécessités tout autres de la prosodie chantée. Massenet n’était…

Lire la suite
Mascarade. "Le Pré aux Clercs" à l'Opéra-Comique (Ph. Pierre Grosbois)
Mascarade. "Le Pré aux Clercs" à l'Opéra-Comique (Ph. Pierre Grosbois)

Le Pré aux Clercs à l’Opéra-Comique

  Le Pré aux Clercs a été un des absolus succès de l’Opéra-Comique de sa création en 1832 jusqu’à la fin du siècle. 1900 et sa modernité vériste (Louise triomphant in loco), la guerre de 14 ensuite, l’ont pratiquement enterré. Une reprise à l’occasion du centenaire l’a trouvé à bout de souffle. Depuis, il avait autant dire disparu. On doit un grand merci à Eric Ruf, metteur en scène, d’avoir pris ce chef d’œuvre mineur…

Lire la suite
"Solaris" (© France, Paris)
"Solaris" (© France, Paris)

Solaris de Dai Fujikura au Théâtre des Champs-Elysées

  Comme c’est reposant, un spectacle où il n’y a à faire attention à rien. En scène, ça bouge, ça se tord (et même tortille) de façon virtuose et élégante, ça chante (au sens strict où ça ne parle pas), des éclairages se succèdent, plus magiques les uns que les autres, nuance dragée et pastels, marquant une rupture brève dans ce qui n’est pas une action et n’impose aucun rythme. Arrive pourtant au bout d’une…

Lire la suite
© Opéra National de Paris (Vincent Pontet)
© Opéra National de Paris (Vincent Pontet)

Faust, de Gounod à l’Opéra-Bastille

  On avait vu à Bastille en 2011/12 un Faust de Gounod qu’on a à l’instant même préféré oublier.  Un fourbi. Comme pour mieux nous le faire oublier (sans pourtant tout en perdre), on baptise « nouvelle mise en scène » un Faust renouvelé (costumes refourbis) mais pas rénové (dispositif resté en gros intact). Comme si on pouvait faire une nouvelle mise en scène dans un dispositif aussi impérieux, d’ailleurs tout à fait spectaculaire et réussi, pour…

Lire la suite
Photo © Jean-François Leclercq (en exclusivité pour Qobuz)
Photo © Jean-François Leclercq (en exclusivité pour Qobuz)

Philippe Jordan avec le JB Vuillaume Trio à l’Amphithéâtre Bastille

  Plus d’un patron musical d’Opéra est aussi un formidable pianiste, et aurait pu en faire sa carrière. Il y a eu Solti et surtout Sawallisch, dont Walter Legge disait qu’il est scandaleux d’être si bon chef d’orchestre (écoutez donc au disque leur immortel Capriccio) quand on est d’abord si bon pianiste. Isolé en Suisse pour raison raciale pendant la guerre, Solti jeune aspirant chef et ex-assistant de Toscanini à Salzbourg, est devenu assez fort…

Lire la suite