L'oeil et l'oreille

L'oeil et l'oreille
Iphigénie en Tauride (Grand Théâtre de Genève. © Carole Parodi)
Iphigénie en Tauride (Grand Théâtre de Genève. © Carole Parodi)

Iphigénie en Tauride au Grand Théâtre de Genève

  Qui a peur d’Iphigénie ? Curieux : plus personne n’a peur de sa sœur XXe siècle Elektra, ni de Richard Strauss. Mais ils ont tous peur de Gluck. Ils ont peur des classiques. Ils tremblent devant, prétendant qu’on n’a que trop longtemps vu tout ça et qu’on le sait par cœur, qu’il y faut des rajustements et degrés etc. , alors qu’aujourd’hui pas un spectateur ne peut se souvenir d’une Iphigénie dans les simples voiles de…

Lire la suite
© Opéra de Paris
© Opéra de Paris

Ariadne auf Naxos à l’Opéra-Bastille

  Hiver de reprises. Il n’y avait guère de raisons de courir à l’Opéra revoir Bohème ou Don Giovanni, la première inusable, le second mode (et, sitôt vu le dispositif à couper effectivement le souffle, démodé) que ne venait recommander aucun particulier rafraîchissement côté distribution. Après un Mattei, un Schrott en Don Giovanni, ça ne crée pas l’indispensable. Usagés mais toujours solides, ces spectacles valent toujours largement mieux que les nouveautés lyriques qu’on a pu…

Lire la suite
Anne Le Bozec & Cyrille Dubois (© Marie-Sophie Leturcq / OnP)
Anne Le Bozec & Cyrille Dubois (© Marie-Sophie Leturcq / OnP)

« Canticles » de Britten à l’Amphithéâtre Bastille

  Avec le programme naguère consacré à Lili Boulanger, cette soirée Britten est sans doute la plus ambitieuse, la plus rare et nécessaire que la série Convergences nous ait offerte à l’Amphithéâtre Bastille, et sûrement la plus accomplie. Pas besoin cette fois de rechercher les œuvres à confronter, Canticles est un titre commun qui réunit cinq œuvres échelonnées sur pas loin de trente ans de la vie de Britten : et ils ne requièrent que très…

Lire la suite
L'Orchestre de Paris sur scène (© Charles Platiau / AFP)
L'Orchestre de Paris sur scène (© Charles Platiau / AFP)

Ouverture de la Philharmonie de Paris

  Bon, alléluia, ou cocorico, selon la religion de chacun. La Philharmonie est inaugurée à la date annoncée. Il n’y a plus qu’à espérer qu’elle marche, et paye en musique bien faite ce qu’elle coûte forcément à tant d’autres destinataires possibles dans la Culture, qui n’ont plus que leurs yeux pour pleurer. Et ne ménageons pas nos raisons d’applaudir. C’est beau, c’est grand, c’est loin aussi. Tout ça, on le savait. Et on savait aussi…

Lire la suite
Bal chez Orlofsky (© Pierre Grosbois)
Bal chez Orlofsky (© Pierre Grosbois)

La Chauve-Souris de Johann Strauss à l’Opéra-Comique

  C’est beaucoup demander à une seule et même Chauve Souris de : 1/ oublier et nous faire oublier Vienne, son cadre, son ambiance, sa culture pour mettre à la place Paris (ou plutôt la France profonde des petits bourgeois) comme chez Meilhac et Halévy, auteurs du Réveillon qui est à l’origine première de tout cela, 2/ essayer une traduction française inédite, 3/offrir son premier vrai challenge à un assez neuf metteur en scène, 4/nous mettre, nous…

Lire la suite
Titus (Kurt Streit), Publius (Robert Gleadow) & comparses / © Vincent Pontet
Titus (Kurt Streit), Publius (Robert Gleadow) & comparses / © Vincent Pontet

La Clemenza di Tito au Théâtre des Champs-Elysées

  Ce n’est pas la première fois qu’on nous montre Bérénice au début de La Clemenza et disparaissant  aussitôt, sorte de deus (dea) ex machina de ce qui à partir de là s’enclenche. Mais c’est la première sans doute si carrément installée là, devant, en figure de Prologue ; et drapée par Christian Lacroix de ce beau rouge qui, nul doute, va faire fureur à Césarée. Surtout, première absolue, elle commence par nous dire du…

Lire la suite