L'oeil et l'oreille

L'oeil et l'oreille
“Castor et Pollux” au TCE : Télaïre (Omo Bello) et Castor (John Tessier) / © Vincent Pontet
“Castor et Pollux” au TCE : Télaïre (Omo Bello) et Castor (John Tessier) / © Vincent Pontet

Castor et Pollux au Théâtre des Champs-Elysées

  Dramatiquement, ce n’est pas le Rameau le mieux ficelé ; une longue, très longue part de l’action est dévolue aux ballets, simple remplissage : et on ne peut nier qu’ici, même sans doute très allégés, pourtant ils ne pèsent, répétitifs (et même bourratifs), reprenant quelle que soit la circonstance une gymnastique acrobatique bien et très bien faite, mais qui n’illustre rien, ne mène à rien. Chorégraphie ? Mais de secours alors (comme on dit pour une…

Lire la suite
"L’Enlèvement au sérail" à l'Opéra Garnier : de bas en haut, Osmin (Lars Woldt), Pedrille (Paul Schweinester), Belmont (Bernard Richter) / © Figaro
"L’Enlèvement au sérail" à l'Opéra Garnier : de bas en haut, Osmin (Lars Woldt), Pedrille (Paul Schweinester), Belmont (Bernard Richter) / © Figaro

L’Enlèvement au sérail à l’Opéra Garnier

  Que c’est bon et que ça fait de bien, et que ça se fait rare, un spectacle/plaisir ! On peut en témoigner par ceux de juste à côté, et leur visible bonheur, ça convertit un public tout neuf, ça l’attire vers l’opéra plus sûrement que ces supposés messages, qui soi-disant rapprochent l’opéra, le rendent contemporain. Le bonheur vaut mieux. Le bonheur ici s’appelle d’abord évidemment Mozart. Mais on en a vu, des Mozart, et cet…

Lire la suite
Martina Serafin (Floria Tosca) & Marcelo Alvarez (Mario Cavaradossi) / © Ch. Duprat (OPN)
Martina Serafin (Floria Tosca) & Marcelo Alvarez (Mario Cavaradossi) / © Ch. Duprat (OPN)

Une nouvelle Tosca à l’Opéra Bastille…

      Arrivé largement en avance, on a eu le temps de feuilleter avant le spectacle le programme, soigné et opulent comme il est devenu de rigueur à l’Opéra de Paris. Surprise : un important texte central en est consacré non point à l’œuvre, pour l’éclairer ou y ouvrir des pistes, mais à Mr Pierre Audi, qui la met en scène. C’est inhabituel, pour ne pas dire exorbitant, Mr Audi se trouvant largement traité,…

Lire la suite
(DR)
(DR)

Blanche-Neige chez Louis XIV

  La Bartoli nouvelle débarque, c’est pour le 1er et le 7 novembre au Théâtre des Champs-Elysées mais un coup d’envoi a été donné à Versailles, dans la Galerie des Glaces, où Cecilia s’y présentait dans une moitié de son nouveau programme, et sous deux couleurs de robe (d’ailleurs jumelles, même coupe, même perlé, même décolleté puissant) : une blanc glacier, une turquoise nuance pistache (ou l’inverse). Sensationnel dans tous les cas, et la simplicité même.…

Lire la suite
Franz Welser-Möst (DR)
Franz Welser-Möst (DR)

L’Orchestre de Cleveland à Pleyel, l’Orchestre de l’Opéra à Garnier

  Il faudrait des pages pour détailler l’effet subjuguant produit par le second des deux concerts de l’Orchestre de Cleveland, qui voyage peu, est rare en tout sens du terme, et ne pense pas d’abord à sa promotion. Mais il veille à son image, et la garde. Georg Szell avait fait de lui un instrument d’une précision, d’un équilibre sans concurrence : qualités qui ne sautent pas plus aux yeux que ne le fait le cousu…

Lire la suite
© François Zuidberg
© François Zuidberg

Christian Gerhaher et Gerold Huber à l’amphithéâtre Bastille

  L’extraordinaire artiste ! Et d’abord, chanteur en dehors de toutes nos habitudes, peut être bien toutes les normes ! On pourrait croire qu’à n’importe quel moment la voix va manquer ; de toute façon, côté substance et consistance, côté timbre (métal), elle peut paraître en déficit constant. Le disque, qui a répandu le nom de Gerhaher et l’a installé très haut au royaume du lied, nous trompe largement sur lui, amplifiant sans vraiment le timbrer un son…

Lire la suite